[PRESSE] VITISPHÈRE : Développement vigneron pour le négoce Descombe, maison hybride en plein renouveau


" Implantée depuis un siècle dans le vignoble rhodanien beaujolais, le négociant familial Vins Descombe y développe une activité vigneronne tout en veillant à avoir un impact positif sur l’environnement.

Depuis quelques années, sans bruit, l’entreprise Vins Descombe a pris le virage de la modernité.

« Une maison historique qui fonctionne comme une start-up » : c’est ainsi que Marine Descombe, qui a repris le flambeau après quatre générations, décrit cette entreprise familiale indépendante, implantée dans le beaujolais depuis 1905. Depuis qu’elle y est entrée en 2013, à 23 ans, la jeune femme a souhaité donner une « nouvelle impulsion » à l’entreprise dont elle assure désormais la présidence, aux côtés de son frère et de son mari.

« Depuis 2017, nous sommes aussi propriétaires de vignes » indique-t-elle, qualifiant l’entreprise d’« hybride », avec une partie vigne et une partie négoce ». Très attachée au vignoble du Bbeaujolais, la maison a souhaité y renforcer son ancrage grâce à l’acquisition de 32 hectares : d’abord le domaine de Pougelon au coeur des appellations Beaujolais villages, puis des parcelles notamment en crus Brouilly et Morgon.

« Sur le domaine, il n’y avait rien car tout était à la coopérative. On a donc dû constituer une équipe et acheter tout le matériel. » Ces acquisitions dans le Beaujolais ont été complétées par une trentaine d’hectares et un domaine à Chablis, et 3 hectares en Saint Joseph rouge dont la première production est attendue l’an prochain. Toute la production des deux domaines est vinifiée sur place et vendue en bouteilles.


HVE, bio et plus encore

La nouvelle impulsée donnée à l’entreprise, qui emploie une trentaine de salariés, concerne aussi l’écologie. « Nos domaines sont certifiés HVE et entameront l’an prochain leur conversion bio » indique Marine Descombe, qui souhaite continuer d’améliorer la biodiversité en plantant des arbres, des haies…Une volonté d’agir positivement qui concerne toute la chaîne de production : la maison a ainsi décidé d’arrêter d’utiliser des contenants vernis pour ses BIB. « On utilise des cartons kraft avec des encres à l’eau, plus écologiques » explique la jeune dirigeante. Accompagné d’un travail de marketing pour rajeunir la gamme, ce changement a été « très bien perçu par les clients ».

Un article Vitisphère par Bérengère LAFEUILLE.